Ch.1 Pyla-sur-Mer, ce n’est plus…
comme avant !

Premier tome : La ville sous les pins, origines et développement
Un livre de Raphaël Vialard (publication limitée – commande par souscription)
Commander le livre ou contacter l’auteur

Le Mouuleau – La forêt domaniale

Ch 2

Ch.1 Pyla-sur-Mer, ce n’est plus…
comme avant !

Premier tome : La ville sous les pins, origines et développement
Un livre de Raphaël Vialard (publication limitée – commande par souscription)
Commander le livre ou contacter l’auteur

 À propos

Ce livre écrit par Raphaël Vialard est partagé généreusement par l’auteur sur le site « LePyla.com ». Si vous souhaitez vous procurer « Pyla-sur-Mer, ce n’est plus… comme avant ! » ou l’offrir, vous pouvez le commander en contactant l’auteur.

 L’auteur et le livre

Après avoir écrit plusieurs ouvrages en rapport avec la région, le service des archives de la mairie de La Teste de Buch lui a suggéré le défi de rédiger un livre retraçant l’historique du Pyla sur mer !

Extrait journal Sud-Ouest

Raphaël Vialard a écrit, édité, publié à compte d’auteur et distribué seul une incroyable somme historique et géographique sur l’île aux Oiseaux. C’est un drôle de monsieur qui se présente à nous aujourd’hui. Il a écrit un livre fort justement intitulé « L’île aux Oiseaux », un ouvrage à caractère historique. Tout est étonnant dans cette histoire. Et voici pourquoi.

Raphaël Vialard n’est pas historien. Il n’est pas géographe. Il n’est pas écrivain. Il n’est pas éditeur. Et il n’est pas non plus distributeur de livres. C’est pourtant lui qui, pour ce livre, a tout fait : les recherches, l’écriture, les reproductions, les photos, la mise en page, la relecture, l’édition, le choix de l’imprimeur, la distribution des 1 000 exemplaires du livre imprimés à compte d’auteur.

C’est un homme âgé de 71 ans passionné de dessin et de géographie. Avant, il travaillait comme ingénieur dans le domaine spatial, pour les satellites et les fusées. On est loin de l’île aux Oiseaux, non ? Très loin, sauf qu’à la retraite, ce Girondin d’origine a décidé avec son épouse de s’installer sur l’Atlantique entre Hendaye et l’île de Ré, mais pas sur le Bassin. « Et pourtant, nous sommes bien là, au Pyla ! » (…)

Lire : Article complet Sud-Ouest

Bibliographie

Dans la collection « Itinéraire d’une famille ordinaire » : • d’Ussels, j’aime… • L’émigré. Au Peyrat ! • Qu’il eût cru ! • Long courrier. Le cas Noé. • Le bon grain est livré ! • Qu’est-ce qu’elle a, ma fraise ? • Au pré de mon arbre. • La carte Vital Gaillardon & C°

Autre collection : • L’Île aux Oiseaux • De La-Teste à Bordeaux en suivant le chemin bougès

En préparation : • Pyla-sur-Mer, ce n’est plus comme avant ! tome 2

 Préface

Bonjour, ici l’Écureuil du Pyla qui a rencontré l’auteur Raphaël Vialard. Il m’a proposé gentiment de vous faire partager son premier tome informatif et historique « Pyla-sur-Mer, ce n’est plus… comme avant ! » Je vous invite à dévorer ce livre passionnant et en apprendre plus sur l’histoire de la station balnéaire.  Venez découvrir les secrets et anecdotes de la ville chic du Bassin d’Arcachon, dont Raphaël Vialard a publié d’autres ouvrages sur le sujet comme « L’île aux oiseaux »… Chaque semaine, mise en ligne d’un nouveau chapitre.

Contactez Raphaël Vialard pour vous procurer ou offrir le livre en intégralité « Pyla-sur-Mer, ce n’est plus… comme avant ! »
(publication limitée – commande par souscription)

 Pyla-sur-Mer, ce n’est plus… comme avant ! 

 Préambule 

 Poème d’Émile Genevoix

Sous sa bave d’argent, célant de noirs desseins
L’Océan sur Pyla – promontoire désertique
Où poussent l’ajonc grêle et le pin squelettique
Lugubrement mugit… évoquant les tocsins !

La Forêt vers Moulleau, moutonne dans la nue
Abritant les halliers de l’arbouse charnue…
Le pollen de ses ors a frangé tout sentier…

 Chronique de l’an deux mille

Que deviendra Bruxelles sans les Ardennes, et Bordeaux sans les Landes ? Si l’on n’en préserve qu’un coin il faudra faire la queue au tourniquet. Il est vrai que les riches auront toujours leur Pyla. C’est aux citadins de rappeler aux gens de finance et de pouvoir que la grande aventure du millénaire, le passage de la société agropastorale à ce qui suivra, ne se ramène pas à un simple calcul de rendement à l’hectare de maïs.

Dans les Landes une élite de promoteurs va faire le bonheur des hommes en protégeant la nature, mais vu de si haut qu’en reste-t-il ? – Un plan. Plus de touffe d’herbes, ni d’écureuil dans les pins : des formes plates et géométriques. Et pour pénétrer le détail et donner du relief c’est en vain qu’on multipliera les plans : ceux des urbanistes, des biologistes, des sociologues. Le tout, et le vivant, échapperont, qu’aura connu le forestier ou le promeneur solitaire qui traverse la lède La lette (ou lète ou lède) est l’appellation régionale d’une dépression inscrite entre deux dunes de la zone littorale. Le terme est la francisation du gascon leta ou leda, lui-même issu du latin latus, lata : large. Une autre définition désigne l’amas d’eau qui se forme en hiver dans les dunes de Gironde et les landes au fond des vallées sèches séparatives des dunes et qui s’évaporent pendant les chaleurs ; par extension, se dit de la vallée elle-même.

Ils feront donc un Pyla pour le peuple. Pour connaître un pays il faut des années de marche, et de station en un lieu.

Bernard Charbonneau,
(Article paru en décembre 1971 et 1972 dans Foi et Vie)

 Avant-propos

Le bassin d’Arcachon, doit sa forme aux mêmes agents qui, pendant le cours des siècles, ont séparé de la mer les anciennes baies qui s’ouvraient sur la côte aquitaine, aujourd’hui changées en étangs.

Les dunes qui se dressent en barrière entre la zone lacustre du bassin et l’Atlantique forment comme une immense digue, mais elles n’ont pu en fermer complètement l’entrée. Un détroit de plus de 3 kilomètres de largeur fait encore communiquer les eaux de la « petite mer d’Arcachon » avec celles du golfe de Gascogne. Cet ancien estuaire, situé à l’issue d’une dépression profonde où coule la Leyre, a de tout temps renfermé une masse d’eau assez puissante pour que les courants alternatifs du flux et du reflux aient pu maintenir une large ouverture en écrêtant sans cesse la barre qui continue le rivage des landes ; mais si les sables rejetés par les vagues n’ont changé cette baie en étang d’eau douce, ils en ont du moins considérablement déplacé l’entrée en la repoussant sans cesse vers le sud : le détroit se replie parallèlement à la mer, en angle droit avec l’axe du bassin. Le Pyla-sur-Mer, sur la rive gauche de ce détroit, fait face au Cap-Ferret, situé rive droite.

« Estrangey », venu m’établir à Pyla-sur-Mer, j’ai voulu savoir où je mettais les pieds. Il m’a fallu en appréhender les contours…
Comme pour l’iceberg, on n’en voit que la face émergée…

Selon les panneaux, les quartiers, vos interlocuteurs, êtes-vous au Pyla ou à Pilat ? Administrativement, ces lieux-dits appartiennent à la commune de La Teste-de-Buch, alors qu’ils sont topographiquement dans la continuité littorale de la ville d’Arcachon.

Un panneau  situé à l’entrée de la bretelle d’accès à la voie directe Que certains osent nommer « rapide ». indique la sortie d’agglomération : les limites géographiques varient selon les administrations … territoriales.

 Les codes

Les quartiers historiques que sont Vieux-Pilat et Pilat-Plage, très chics « villages », sont restés fidèles au «i», avec le «t» en signature ; d’autres s’offrent un « i » grec, gage de snobisme !

Origines ethniques

On est du Pilat – du Vieux-Pilat – depuis au moins cinq générations. Mais quand on s’est installé à Super-Pyla, on a fait forcément partie des « nouveaux venus », autant dire des parvenus, ironise Philippe, médecin bordelais qui a troqué sa maison de famille pour une villa contemporaine.

People

On savait le baron Seillière, Jean-Louis Debré, Jean-Marie Cavada ou encore Yamina Benguigui entichés du Pyla, mais « Chirac », l’inoubliable héros de « Camping 1, 2 ou 3 » fait aussi partie des adeptes. Renseignements pris, ce dernier ne passe pas l’été sur le bassin d’Arcachon, mais ajoute une troisième strate sociologique au mille-feuille pilatais. D’où l’extrême codification des us et coutumes des premiers, peu désireux d’être assimilés aux « sans domicile fixe »…

Tenue vestimentaire

L’uniforme ? Ici, mieux vaut ne pas se tromper sur le look, le lieu, ni, surtout, les horaires, précise Florence. Pour l’apéro, on peut aller à La Co(o)rniche, qui bénéficie d’un emplacement fabuleux, à flanc de dune. Mais si on y est encore après 21 heures, on passe pour un rustre. Idem pour le bar de l’Oubli, au Moulleau, où Jean-Louis Debré avait ses habitudes (avant qu’il ne déserte pour la presqu’île) : c’est obligatoirement de 19 heures à 19 h 30, puis après 23 heures. Entre les deux, c’est plouc-party. Quant à la plage, peu de risques de se mélanger : les Pilatais n’y vont pratiquement pas. Ils prennent la pinasse et mouillent, loin de la foule, le long du banc d’Arguin.

Côté look aussi, peu de place à l’improvisation tel que nous le confie Gwen, directrice du stylisme dans une grande maison parisienne : Pas de tongs, pas de shorts hawaïens, ni de tatouages. Et les marques ostentatoires sont également proscrites. Une fille qui vient à la plage avec maquillage, bijoux, chaussures à talons est regardée comme une évadée de Saint-Trop. Ici, c’est le règne du less is more. L’uniforme : espadrilles usées jusqu’à la corde et polo Fred Perry – la marque à la couronne de laurier brodée côté cœur – sorti de son centième lavage.

 Cours de géographie

Vu d’en bas, le Pyla est donc une étrange ville, à la fois élégante et populaire, bobo et aristo, de taille modeste mais incroyablement complexe, où les territoires cohabitent, se jouxtent souvent, se chevauchent parfois, sans que leurs habitants ne se voient ni ne se  dérangent.

Les aristos bobos du Pyla, Céline Lis, Le Figaro du 7 août 2009.

Louis Gaume et Daniel Meller sont les précurseurs de ce paysage si caractéristique avec ses « villas sous la forêt ». Les cahiers de charges de leurs lotissements sont stricts, avec des reculs importants le long des voies principales, en front de Bassin, et l’obligation de préserver des pins. PLU LTDB  PLU : Plan Local d’Urbanisme – LTDB : La Teste-de-Buch.

Pour comprendre Pyla-sur-Mer, il faut s’imaginer la plaine qui s’étire sur environ quatre kilomètres de long et six cents mètres de large du Moulleau jusqu’à la dune, coincée entre la mer, à l’ouest, et la dune de Pissens, à l’est ; dans le secteur nord, l’agglomération franchit le prolongement de Pissens qui s’appelle alors dune Didiet Du nom de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Claude Didiet (1753-1816) qui, en 1804, a succédé à Nicolas Brémontier comme président de la commission des travaux pour l’ensemencement des dunes du golfe de Gascogne. Il quittera la Gironde, le 11 avril 1812, pour Dijon et sera remplacé par l’ingénieur en chef Eustache. Histoire des dunes maritimes de la Gascogne, Pierre Buffault, 1942., Tournon ou Laurey.

Le boulevard de l’Océan en est l’épine dorsale. Greffées sur cette artère parallèle à la rive, les voies secondaires, aux tracés sinueux, desservent un grand nombre de secteurs dans un espace encore boisé : les villas sont souvent cachées derrière la végétation.
Côté Bassin, d’autres impasses conduisent à la plage, pratiquement inexistante à marée haute. Sur cette grève, les épis artificiels contrecarrent l’érosion naturelle.

Au sud, la Dune du Pilat, site classé majeur, est proche ; elle se découvre du rivage.

Comment imaginer que le Sabloney « Les Sabloneys » (Lo Sablonèir) littéralement « sables nouveaux » en gascon, aussi orthographié Sablouneys, ayant donné, semble-t-il à tort, Sablonneys., pays de dunes changeantes et envahissantes, d’accès difficile sauf en voiture à sable, prendrait plus tard le nom de « Dune du Pilat », et les villas qui la côtoient, celui du quartier très résidentiel de Pyla-sur-Mer ?

 L’atmosphère

C’est ici que l’on goûte la merveilleuse caractéristique de ce climat avec son plein-air sur le rivage de la mer et, à moins de 100 mètres sous bois, le calme absolu, le silence reposant, la chaleur ouatée comme dans un nid de chardonnerets, avec des effluves parfumées comme dans des tiédeurs de boudoir. Le touriste intrépide qui veut rapporter un souvenir de son excursion ne manque pas de faire l’ascension de 80 mètres de la Dune du Pilat, la plus haute d’Europe.

Article d’Edmond Le Taillandier de Gabory dans L’Avenir d’Arcachon du 30 avril 1911.

Depuis 1911, date où ont été écrites ces lignes, les choses auraient-elles changé ?

Ch.1 Pyla-sur-Mer, ce n’est plus…
comme avant !

Premier tome : La ville sous les pins, origines et développement
Un livre de Raphaël Vialard (publication limitée – commande par souscription)
Commander le livre ou contacter l’auteur

Le Mouuleau – La forêt domaniale

Ch 2

Ch.1 Pyla-sur-Mer, ce n’est plus…
comme avant !

Premier tome : La ville sous les pins, origines et développement
Un livre de Raphaël Vialard (publication limitée – commande par souscription)
Commander le livre ou contacter l’auteur